• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’aveuglement idéologique de gauche ?

L’aveuglement idéologique de gauche ?

La vidéo "l'aveuglement idéologique de gauche" :

 

local/cache-vignettes/L610xH343/Aveuglement_a1d1-bb674.jpg

 

Article de base : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-aveuglement-ideologique-de-194116

 

Sources :
Livre : Réflexions ou sentences et maximes morales / François De La Rochefoucauld : http://livre.fnac.com/a192066/Francois-De-La-Rochefoucauld-Reflexions-ou-sentences-et-maximes-morales
Vidéo - Film 1984 : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=1791.html
Vidéo - Racist glasses : https://www.youtube.com/watch?v=cKJO06CYxdA
Vidéo - Jean-Claude Michéa - Jacques Julliard - La gauche a-t-elle encore un avenir : https://www.youtube.com/watch?v=jASSsVLr4yU
Livre - Les gauches françaises (1762-2012) : figures et paroles / Jacques Julliard : http://livre.fnac.com/a7088166/Jacques-Julliard-Les-gauches-francaises-1762-2012-figures-et-paroles
Livre - Les mystères de la gauche / Jean-Claude Michéa : http://livre.fnac.com/a5261980/Jean-Claude-Michea-Les-mysteres-de-la-gauche
Vidéo - Dirtybiology - Des races dans l'humanité - DBY #24 : https://www.youtube.com/watch?v=7NxgBPoBMT0&t=80s
Vidéos - CHROMA S01 Ep02, Ep06, Ep10 : https://www.dailymotion.com/karimdebbache
Vidéo - Bloqué "Bloqués #92 - C'est raciste à cause des racistes" : https://www.youtube.com/watch?v=6EqN00uvXAU&t=2s
Vidéo - Sens interdit à l'excision : https://www.youtube.com/watch?v=0eXjDF_4sPc
Vidéo - Sens interdit à l'excision : https://www.youtube.com/watch?v=0eXjDF_4sPc
Vidéo - Les frères Kouachi après l'attentat contre Charlie Hebdo, Fusillade 12 morts : https://www.youtube.com/watch?v=a7hC13570bw
Vidéo - Film Entre les murs : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=58151.html
Vidéo - Demos Kratos " SOMMES-NOUS ENVAHIS PAR LES MIGRANTS - feat Les Chroniques Historiques" : https://www.youtube.com/watch?v=mFaqRpRrI_g&t=323s
Vidéo - Instances d'intégration sont-elles affaiblies ou renouvelées : https://www.youtube.com/watch?v=Ngal5MQu7c8&t=312s
Vidéo - Les familles monoparentales sont les plus menacées par la pauvreté : https://www.youtube.com/watch?v=JpXZqz3ND9w
Vidéo - Compréhension orale - Le difficile quotidien des parents isolés : https://www.youtube.com/watch?v=-Pd2NUEIorQ&t=51s
Données sociologiques :
Article de référence : http://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2010-1-page-240.htm
Article de référence : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2121566
Article de référence : https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2011-6-page-78.htm
Article de référence : http://www.toupie.org/Textes/Devoirs_citoyen.htm
Article de référence : Rapport LARSEF, sous la direction d'Eric Debarbieux, “L'oppression quotidienne : recherches sur une délinquance des mineurs”, janvier 2002.
Article de référence : https://www.senat.fr/rap/r01-340-1/r01-340-18.html
Article de référence : https://www.cairn.info/revue-deviance-et-societe-2008-2-page-115.htm
Vidéo - Spot pub armée de terre Opex : https://www.youtube.com/watch?v=Jj3V5nSQz8I
Vidéo - Spot armée de terre 2010 - Devenez vous même : https://www.youtube.com/watch?v=pWU2QCmmMzY
Vidéo - Court métrage : "c'est rien, je suis tombée" : https://www.youtube.com/watch?v=H7En8Y-Xb50&t=760s

 

Tags : Politique Société




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • 3 votes
    ged252 8 juillet 13:50

    Rien ne prouve qu’il n’existe pas de hiérarchie des races : que les races ne soient pas supérieures les unes aux autres.
    .
    C’est interdit de le dire publiquement, c’est considéré comme du racisme, mais rien ne dit que ce soit faux.
    .
    Sur quels critères se basent ceux qui prétendent que tous les hommes sont égaux, qu’il n’existe pas de différences raciales ?
    .
    Parce que sinon, c’est pas difficile, les meilleurs sont ceux qui dominent militairement depuis 1500 ans : les blancs, les Américains et les Russes, parce qu’ils ont la meilleure technologie, autrement dit la meilleure intelligence.


    • 6 votes
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 juillet 16:22

      @ged252
      "Sur quels critères se basent ceux qui prétendent qu’il n’existe pas de différences raciales ?"

      Sur aucun critère raisonnable mais sur une interdiction sociale. Il est interdit de penser qu’il pourrait en exister. Et cette interdiction est justifiée par le fait que certaines personnes se sont fondées dans le passé sur l’hypothèse de différences raciales pour affirmer que certains êtres humains avaient moins de valeur humaine que d’autres, et qu’on pouvait par conséquent les réduire en esclavage ou même les tuer. Comme c’est trop difficile d’expliquer à toute la population mondiale (qui est en moyenne un peu sotte) que les différences raciales réelles (et évidentes) n’impliquent pas automatiquement de différences hiérarchiques générales (au sens où un homme aurait moins de valeur qu’un autre par le seul fait d’appartenir visiblement à telle ou telle race) il est plus simple pour la paix sociale d’interdire au gens de parler de race, et de convenir entre dirigeants de ne point en parler. Il n’y a donc officiellement aucune différence raciale, même sur le plan physique, entre une blonde suédoise et une aborigène australienne. Les races n’existent pas.  smiley


    • 3 votes
      yoananda yoananda 8 juillet 22:25

      @Qaspard Delanuit
      "Comme c’est trop difficile d’expliquer à toute la population mondiale"

      Hors de "l’occident", le "racisme" est la norme d’après moi. Ce n’est qu’ici que la religion shoatique à une telle emprise, au point qu’on en vient à renier toute influence biologique (d’où les délires théorie du genre). 

      Il faut cependant différencier le "racisme" au sens du dico qui implique le suprémacisme, des autres formes de racisme :

      * le "racisme" instinctif qui est une simple méfiance naturel et saine de l’étranger

      * le "racisme" modéré (ou racialisme je crois) qui reconnaît les différences entre les races sans impliquer de hiérarchie ou de suprémacisme

      * le "racisme" naturel (si je puis dire) qui consiste sans même en faire une politique à préférer ceux de sa propre race

      Je ne connais pas les autres pays, mais j’ai quand même tendance à penser que la France est le pire de tous les pays à ce niveau la pour 2 raisons :

      * le "racisme" (sans distinction, sans précision) est criminalisé

      * la culture est anti-communautariste et même les lois l’empêchent

      Les anglo eux, même s’ils se disent anti-raciste autorisent le communautarisme, ce qui diminue achement les tensions sociales puisque personne n’est forcé à côtoyer ceux qu’il aime le moins.


    • vote
      erQar erQar 8 juillet 22:41

      @Qaspard Delanuit..bonsoir....
      -

      Les races n’existent pas.  

      -

       smiley

      -

      C’est comme la couleur cela n’existe pas.... si l’on considère que la couleur est un axiome... smiley

      -

      Comme c’est trop difficile d’expliquer à toute la population mondiale

      -

      Il fallait surtout éduquer le négrier blanc qu’il n’y avait pas de hiérarchie des races....mission raté avec yoananda smiley


    • vote
      erQar erQar 8 juillet 22:54

      @Qapar de la nuit
      -

      un dernier point

      Pour moi, il y a deux sortes de racistes

      Prenons l’exemple d’un propriétaire terrien raciste et xénophobe. Cette personne n’accepte ni esclave noir, ni marchandise de bougnoule et encore moi de contact avec de nègre...

      Et prenons l’exemple d’un propriétaire terrien raciste, mais lui en revanche exploite, viol, vol, l’insulte, le manipule, etc...le noir. Par contre celui là riche et est prospère.

      Conclusion, je respecterai amplement un xénophobe (le premier cas) qu’un mondialiste internationaliste (deuxième cas)

      Donc pour finir, quand on dit qu’il n’y a pas de race c’est être dans le deuxième cas, c’est à dire cela tombe dans le délit de manipulation.

      Désolé, je ne suis que de passage...je ne pourrai pas répondre...mais vous savez que je vous apprécie quand même. smiley


    • vote
      yoananda yoananda 8 juillet 23:02

      @erQar
      que de nuances !!


    • vote
      matthius matthius 9 juillet 07:49

      J’ai arrêté à partir du moment où on voulait nous faire croire que le libéralisme est de gauche aux états-unis.

      La gauche et la droite, dans tous les pays libéraux, sont individualistes, c’est à dire qu’elle servent à faire croire qu’il y a de la pluralité, alors qu’elles ont tous les deux pour objectif de faire croire qu’il y aurait deux définitions de l’utopie, l’utopie de gauche, qui consiste à réaliser tous ses rêves, l’utopie de droite qui consiste à réaliser une partie de ses rêves pour évoluer. Bien-sûr ces deux utopies peuvent fusionner, ce qui n’est pas le cas dans la réalité. Ainsi quand on parle de gauche, il s’agit de parler aussi de droite.


    • 4 votes
      pegase pegase 9 juillet 10:22

      @ged252

      Rien ne prouve qu’il n’existe pas de hiérarchie des races : que les races ne soient pas supérieures les unes aux autres.
      .C’est interdit de le dire publiquement, c’est considéré comme du racisme, mais rien ne dit que ce soit faux.
      .Sur quels critères se basent ceux qui prétendent que tous les hommes sont égaux, qu’il n’existe pas de différences raciales ?


      Vous avez parfaitement raison, les bamboulas vivant au fin fond de la jungle amazonienne en parfaite autonomie et symbiose avec la nature sont infiniment supérieurs aux occidentaux qui ne font que de semer les guerres, la désolation, la surconsommation, la pollution et le gaspillage des ressources de la planète !


      Parce que sinon, c’est pas difficile, les meilleurs sont ceux qui dominent militairement depuis 1500 ans : les blancs, les Américains et les Russes, parce qu’ils ont la meilleure technologie, autrement dit la meilleure intelligence.


      Depuis quand détruire en polluant gravement la planète est un signe d’intelligence ? Peut être vous devriez effectuer un stage chez les bamboulas en pleine jungle amazonienne ou encore chez les bush-mans en Afrique, histoire de recentrer votre cerveau sur les choses essentielles de la vie ...

      Je vous conseille de visionner cet excellent reportage de Marianne chaud .. on le trouve en VOD sur ARTE ... et après on en re-discute ...

      Himalaya, la Terre des Femmes

      https://www.youtube.com/watch?v=ITqqYo4hddA



    • vote
      pegase pegase 9 juillet 10:34

      @Qaspard Delanuit

      Les races n’existent pas. 


      Bien sûr que si, le Tazi est une race canine originaire d’Afghanistan., par contre le berger allemand n’est pas une race, c’est un standard au cahier des charges épais comme une bible, c’est un chien entièrement façonné par l’homme pour le travail, par des sélections successives depuis un peu plus d’une centaine d’années...

      Absolument rien avoir avec une race ...


    • 2 votes
      DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 9 juillet 12:58

      Avez-vous lu des livres sérieux qui définissent les races humaines ?
      Dans le monde traditionnel, la hiérarchisation des races et des castes n’existe pas. Il n’y a pas de caste supérieure. L’univers est l’œuvre de l’Être immense. Les êtres créés par Lui furent seulement divisés en castes selon leurs aptitudes.

      L’homme est une forme dégradée de l’ange.
      Votre ignorance n’a d’égale que votre méchanceté !


    • vote
      ged252 9 juillet 19:52

      @pegase

      Je pense aussi que cette interdiction de nommer les gens de différentes cultures et religion, ça revient juste à interdire de nommer l’ennemi, et c’est ça a mon avis le principal objectif de ces lois dites anti racistes. Alors qu’elles ne sont dirigées que contre UNE SEULE RACE : la blanche.

      .

      Il nous suffirait d’envahir un israel gauchiste et humaniste, où les tribunaux criminaliseraient toute juif dénonçant les personnes dont les intentions seraient la destruction du pays, et on pourrait tranquillement détruire ce pays.


    • vote
      ged252 9 juillet 19:57

      Quel foutage de G, je me souviens d’un débat où Yoananda voulait définir l’identité Française comme étant relative à la nation, la nation venant du mot naître, les français sont donc les gens ayant des ancêtres en commun, et de quelqu’un s’opposant à ce qu’on définissent l’identité Française de cette façon .....

      .

      Evidemment parce que cette définition exclut ceux qui n’ont pas d’ancêtres Français, les métèques, et c’est le début du racisme, du repli sur soi, et même qui sait de l’antisémitisme.


    • vote
      ged252 9 juillet 19:58

      @Qaspard Delanuit

      Mais toi, Gaspart c’est quoi ton opinion ? Ya des races ou ya pas de races ?


    • 1 vote
      ged252 9 juillet 20:03

      @pegase

      .

      Beaucoup d’arrogance et de mépris, s’il n’y a pas de race, va vivre en Afrique, s’il n’y a aucune différence entre des hommes, cela devrait t’être totalement indifférent.

      .

      C’est de la tartufferie ce que tu dis pegasse, va en Afrique développer leur pays, au lieu de donner des leçons de morale.


    • 3 votes
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 9 juillet 20:16

      @ged252
      Bien sur qu’il y a des races, des grandes familles humaines que l’on peut reconnaître à leur apparence. Mais quand je m’adresse à un être humain, c’est l’individu, l’esprit libre, qui m’intéresse en lui, et non sa race. Ce serait d’ailleurs la même chose avec un extra-terrestre intelligent. Ca peut juste jouer un peu par le fait que vais plus facilement communiquer avec une personne que je trouve avoir une bonne tête et moins avec quelqu’un qui a une allure effrayante de mon point de vue (genre tête de cafard avec des antennes ou bien 6 yeux, etc.  smiley


    • 1 vote
      Câteaufoncel 9 juillet 20:25

      @ged252

      @ged252

      "Parce que sinon, c’est pas difficile, les meilleurs sont ceux qui dominent militairement depuis 1500 ans : les blancs..."

      C’est en fait beaucoup plus compliqué que cela. Si l’on considère, en 1900, ce qu’est l’Europe développée et industrialisée, c’est huit pays et demi : l’Angleterre, la France, la Belgique, les Pays-Bas, le Danemark, l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche et le nord de l’Italie.

      Pour les autres pays, il y a certainement des poches d’industrialisation, comme aujourd’hui en Chine et en Inde, mais le progrès est loin d’être généralisé.

      On notera aussi qu’en 1910, le PIB/hab des régions de l’Italie du Nord, est de 1.8, celui des régions de l’Italie du Sud, de 1, et que, cent ans plus tard, cet écart n’a pratiquement pas varié.

      L’Albanie qui n’a profité en rien de la proximité de la Grèce, puis de l’Empire romain, puis des Républiques de Venise et de Raguse, pour se développer économiquement et culturellement, atteindra en 1900 le PIB/hab qui était celui de la Suisse en 1500, soit 500* dollars, alors que la Suisse aura, elle, passé à 3’833* par habitant.

      Et cela montre quoi, de manière certes sommaire, mais indiscutable, que le problème ne se situe pas au niveau des races, mais au niveau des peuples, où le critère à partir duquel s’établissent les différences, donc les inégalités, est la réceptivité à l’innovation, dont l’idéologie dominante ne parle jamais puisqu’elle introduit une inégalité de facto, non entre les races, mais entre les peuples déjà et donc, à plus fortes raisons entre les races si l’on franchit ce palier.

      * Dollars internationaux Geary-Khamis de 1990. Source : L’économie mondiale Statistiques historiques, par Angus Maddison, OCDE


    • vote
      ged252 9 juillet 20:54

      @Câteaufoncel

      .

      Tout à fait, qu’on parle de race, de culture, ou même d’ethnies, tout ça revient au même.


    • vote
      Emma Joritaire 9 juillet 21:12

      @Qaspard Delanuit

      "Mais quand je m’adresse à un être humain, c’est l’individu, l’esprit libre, qui m’intéresse en lui, et non sa race."

      Ramener le problème à une question de relations entre individus n’est pas significatif.

      La vraie question est : vaut-il mieux accueillir 200’000 Britanniques "fuyant" le Brexit ou 200’000 Algériens victimes de l’impéritie du gouvernement d’Alger ?

      Pour la réponse, il y a le choix entre le politiquement correct et le politiquement incorrect.


    • vote
      yoananda yoananda 9 juillet 22:25

      @ged252
      ma race fait partie de mon identité A MOI. De même que l’animal en moi qui bande à la vue d’une belle femme par exemple. Les zotres, ils font comme ils veulent. Les français en général se refusent une conscience raciale.

      Quand à Qaspard, quand il me parle, c’est autant à "moi moi", qu’a "moi et ma race et mon ethnie et au singe" ! lol

      Les français sont comme la France, et comme l’a dit Hollande : la France est une idée. Les français sont devenus des idées. Et bien moi, je suis une idée, mais aussi un singe humain, et une race, et le reste. Je suis "plus" en fait smiley pas moins.

      Mon corps physique, ses caractéristiques mentales et émotives et spirituelles, il est construit par ma génétique, héritée de millions d’années d’évolutions de mes ancêtres, et donc de ma race. Et je peux voir comment certaines de ces caractéristiques viennent de mes parents/grand-parents. Je ne parle pas que de la couleur de peau ou de l’aspect physique, mais aussi du caractère.

      Je ne réduis pas tout aux gènes, loin s’en faut, mais l’être qui s’exprime, le fait à travers ce corps biologique, c’est ainsi. L’âme, l’esprit, le "machin" qu’il y a dedans/derrière, passe par ce "filtre".

      Si on veut parler de ce qu’il y a "au dela", pas de soucis. Je pratique la méditation depuis longtemps, comme j’ai dit, pas besoin de prendre des champs pour accéder à d’autres "trucs".

      Je ne me réduis pas non plus à une pure conscience.

      Donc à ce cher Qaspard qui préfères s’adresser à l’individu, le "machin libre", mais pas à la race, ni au ancêtres, ni au singe, je lui souhaite bien du courage pour différencier les 2 (pour ma part, je ne partage pas cette dichotomie occidentale voulant tout séparer, corps/esprit, les 2 sont l’expression de qq chose de plus grand/petit à la fois).

      Je le redis : les autres, m’en fou, il font ça quoi qu’ils veulent !


    • vote
      yoananda yoananda 9 juillet 22:32

      @Câteaufoncel
      "Et cela montre quoi, de manière certes sommaire, mais indiscutable,"

      Alors moi je vais quand même discuter même si smiley

      Tu oublies déjà une première chose : il n’y a pas que la "réceptivité à l’innovation" qui compte, mais il y a le contexte géographique.

      Les inuits par exemple, pourraient être le peuple le plus réceptif de la planète, mais au milieu de la glace, des ours polaires et des bébé phoques, la réceptivité ne fera pas beaucoup monter leur PIB.

      Ce que je dis est loin d’être anecdotique puisqu’une partie (non négligeable, mais non quantifiable) du succès des USA c’est leur territoire : autant de rivières navigables que le reste du monde réunit, autant de ports de classe mondiale que le reste du monde réuni, et des frontières naturelles sur l’ensemble du territoire. Une situation exceptionnelle, un avantage concurrentiel.

      Ca c’était la première discute, maintenant la 2ème.

      Oui, il y a des différences entres les peuples : est-ce que ça empêche les différences entre les races ? Que nenni ... suffit de regarder et on remarque les peuples les plus "réceptifs à l’innovation" sont ... ho comme c’est bizarre, proche géographiquement et génétiquement !

      Le QI moyen d’une population peut expliquer (EN PARTIE) la réceptivité à l’innovation. J’insiste sur le "en partie", il y a d’autres facteurs qui jouent, et trop de monde à tendance à devenir nerveux sur ces histoires de QI comme si c’était la mesure ultime de l’homme. On pourrait parler du QS ? quotient spirituel, mais ça ne nous donnerait aucune info sur le PIB smiley c’est un autre sujet.


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 9 juillet 23:18

      @yoananda
      Quand je dis que je m’adresse à l’individu et non à sa race, je veux justement dire que je m’adresse à l’être réel dans on entièreté (y compris corporelle et animale) et que je ne place pas entre lui et moi une représentation générale concernant sa race (pas plus que concernant sa catégorie sociale, sa profession, etc.) L’individu est la réalité ; la race, comme l’espèce ou tout autre catégorie, est un concept, une généralisation. Et le problème des généralisations, c’est qu’elles nous empêchent de voir le singulier. Or, c’est le singulier qui m’intéresse en l’homme et non la catégorie : j’ai des amis humains que j’apprécie pour leur singularité, mais je ne fais pas d’élevage.  smiley


    • vote
      yoananda yoananda 9 juillet 23:37

      @Qaspard Delanuit
      de mon point de vue, la catégorie sociale est une représentation, mais pas la race. Même si je ne l’ai pas "fait", je pense qu’on peut "contacter" la race (ce qui me semble plus difficile à faire pour une catégorie sociale).

      Mais je comprends tout à fait que ce "point de vue" ne soit pas partagé.

      C’était le premier point. Le 2ème point, c’est que, comme je l’ai dit, le "singulier" est en grande partie une illusion d’optique selon moi. Je ne dis pas en totalité, mais en grande partie, et je parle bien sûr autant pour moi que les autres.

      Pour le dire autrement, avant, justement, je ne voyais que l’individu, et je ne voyais pas sa race, ni même le singe. C’est comme s’il me manquait une dimension de compréhension. Maintenant, j’y vois plus clair.

      De mon point de vue en tout cas smiley

      Mais bien sûr, je ne parle pas de concept ou de représentation mentale, mais de ressenti viscéral, animal. En effet, il peut y avoir interférence entre les idées qu’on se fait sur la race et la personne. Mais ce qui est bien avec le réel, c’est qu’il suffit de s’y frotter pour savoir smiley [au contraire des représentations]


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 10 juillet 00:28

      @yoananda

      Comment faites vous ici pour ressentir la "race" des personnes avec qui vous dialoguez ? 


    • vote
      yoananda yoananda 10 juillet 00:49

      @Qaspard Delanuit
      en les côtoyant, en observant comme un enfant, en observant les attitudes répétitives, mais aussi et surtout en m’observant finement moi (je n’y avais pas songé auparavant, mais cette acuité provient sûrement de ma pratique méditative "profonde").

      Au départ, je me pensais, comme on me l’a "enseigné", un individu, et je voyais les autres ainsi. Au point que je ne savais même pas qu’il y avait des différences selon les ages, les genre, les classes sociales (oui je sais c’est évident pour beaucoup de personnes) ou quoi que ce soit d’autre.

      En dehors des enfants ne sachant pas parler, je ne faisais strictement aucune distinctions. Mais ça ne marchait pas.

      Donc déjà j’ai fait le chemin pour commencer à voir ces différences "usuelles" (entre hommes/ femmes, ado/adulte, intelligents/bête, gentils/méchants, etc...).

      Puis j’ai constaté des traits de caractères similaires à mes parents (je ne parle pas de profil psy, mais de ressenti direct), donc génétiques, puis après des différences avec certaines personnes d’autres races (au départ, c’était juste instinctif avant que je n’ouvre la porte dans mon mental à la notion de race, et la, tout s’est remis en place).

      Voila, c’est tout con, ce n’est pas différent de voir un ado "manipulé" par ses hormones. Tout ça, quand on le voit en soi, quand on voit ses propres hormones (et le reste de la biologie) agir en nous, on le reconnaît chez les autres.

      J’ai juste poussé le processus un peu plus loin que la moyenne parce que je suis parti de "0" si je puis dire, alors que les gens "normaux" sont déjà conscients de certaines différences, il n’ont pas à les apprendre. Comme j’ai du les apprendre, j’ai aussi appris "les autres", celle qu’on ne doit pas voir ! lol

      En fait, pour tout dire, j’ai plus de mal à voir les différences entre les ages que les races, ce qui me joue des tours parfois, je comprends parfois les comportements de certaines personnes "à rebours" en me rappelant qu’ils ont un certain age et que ça les influencent ! smiley


    • vote
      yoananda yoananda 10 juillet 00:51

      @yoananda
      PS : on peut aller plus loin que la simple "biologie" et voir les "âmes" aussi, mais ça, c’est un autre sujet smiley


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 10 juillet 02:08

      @yoananda
      En fait, je n’ai pas été assez précis ; je voulais savoir comment vous faites ici, sur le forum, pour identifier la race de vos interlocuteurs ?   smiley


    • vote
      yoananda yoananda 10 juillet 09:32

      @Qaspard Delanuit
      ici ? mais je ne peux pas ! A moins que l’interlocuteur en question ne le dise et que je lui fasse confiance.


    • vote
      cateaufoncel cateaufoncel 10 juillet 13:32

      @yoananda

       « Alors moi je vais quand même discuter même si »

      Présenté comme ça, c’est amusant, mais c’est à la fois trompeur er superficiel. Superficiel, comme l’était ma première intervention, où le souci de brièveté a primé.

      l en est résulté, de ta part, des conclusions fausses et des interprétations infondées, dont j’assume la responsabilité. Et il reste que ce qui n’est pas discutable, c’est que les différences, les inégalités, apparaissent déjà entre les peuples, bien avant que d’être entre les races.

      « Tu oublies déjà une première chose : il n’y a pas que la "réceptivité à l’innovation" qui compte, mais il y a le contexte géographique. »

      Non. La réceptivité à l’innovation est liée aux conditions de vie du groupe, à ses structures sociétales et à son évolution propre (je suis déterministe).

      « Les inuits par exemple, pourraient être le peuple le plus réceptif de la planète, mais au milieu de la glace, des ours polaires et des bébé phoques, la réceptivité ne fera pas beaucoup monter leur PIB. »

      Pour les Inuits, la « réceptivité à l’innovation » s’est traduite par l’adoption du fusil-harpon et du scooter des neiges, l’un et l’autre que des croyances religieuses, ou en rapport avec le culte des morts, ou quelque superstition, auraient pu prohiber.

      La « réceptivité à l’innovation » n’est pas une faculté générale en soi dont certains peuples seraient dotés et d’autres privés. C’est la capacité d’intégrer une technique ou un ensemble de techniques pour lesquelles rien n’indiquait une prédisposition quelconque.

      De mon point de vue, un des exemples géographiquement proches les plus spectaculaires est l’adaptation, dès le XVIIIe siècle, des rudes populations jurassiennes, paysans et forestiers, à la minutie et à la précision des métiers de l’horloger

      « Ce que je dis est loin d’être anecdotique puisqu’une partie (non négligeable, mais non quantifiable) du succès des USA c’est leur territoire : autant de rivières navigables que le reste du monde réunit, autant de ports de classe mondiale que le reste du monde réuni, et des frontières naturelles sur l’ensemble du territoire. Une situation exceptionnelle, un avantage concurrentiel. »

      Selon ma manière de voir les choses, ce n’est pas le territoire qui fait le développement d’un peuple, mais le peuple qui développe, ou non, le territoire. Il y a déjà beaucoup à dire sur les Amériindiens. Je retiendrai trois points.

      1. Bien qu’ayant vu les chariots des pionniers, ils n’ont pas été réceptifs à l’innovation que représentait la roue, pour eux. 2. La comptabilité minutieuse des Incas a montré que les cultivateurs péruviens actuels n’ont réussi à égaler les rendements « précolombiens » qu’au début de ce siècle.

      3. Après n’avoir été qu’une tribu parmi des centaines d’autres, les Navajos sont aujourd’hui l’une des principales nations indiennes des Etats-Unis, avec 300’000 individus, près de trois fois plus que les Apaches, et deux fois plus que les Sioux.

      Dans « De l’inégalité parmi les sociétés  » Jared Diamond écrit : « …les Navajo se sont montrés particulièrement souples et sélectifs en matière d’innovation. Ils ont intélgré des teintures occidentales dans leurs tissages, se sont faits orfèvres ou ranchers, et conduisent aujourd’hui des camions tout en continuant é vivre dans leurs habitations traditionnelles. »

      Voilà donc qui redimensionne l’importance du contexte géographique, par l’explication de qu’est en réalité la « réceptivité à l’innovation »

      « Ca c’était la première discute, maintenant la 2ème. »

      « Oui, il y a des différences entres les peuples : est-ce que ça empêche les différences entre les races ? »

      Evidemment non. C’est pour cela que j’ai écrit tout à la fin de mon propos : « …la réceptivité à l’innovation, dont l’idéologie dominante ne parle jamais puisqu’elle introduit une inégalité de facto, non entre les races, mais entre les peuples déjà et donc, à plus forte raison, entre les races si l’on franchit ce palier.

      « Le QI moyen d’une population peut expliquer (EN PARTIE) la réceptivité à l’innovation. J’insiste sur le "en partie", il y a d’autres facteurs qui jouent… »

      e ne crois pas que la non-récéptivité à la roue des Indiens d’Amérique du Nord, ait quelque chose à voir avec le Q.I. Pour moi, les Indiens n’adoptent pas la roue parce qu’elle ne s’intègre pas à leur mode de vie et à leur organisation sociétale : elle ne leur apporte rien de ce double point de vue, donc ils n’en voient pas l’utilité.


    • vote
      yoananda yoananda 10 juillet 14:10

      @cateaufoncel
      "La réceptivité à l’innovation est liée aux conditions de vie du groupe, à ses structures sociétales et à son évolution propre (je suis déterministe)."

      Je n’ai pas compris cette phrase. Je veux dire, oui, j’en comprends le sens, mais est à dire que selon vous, la réceptivité à l’évolution est culturelle ? et que la culture ne dépends en rien de la biologie et de l’environnement ?

      Je suis contre les explications 100% culturelles (mais pas contre les explications culturelles qui complètent les explications biologiques/géographiques).

      "Pour les Inuits"

      J’ai bien dit que les inuits pourraient ...

      "Voilà donc qui redimensionne l’importance du contexte géographique"

      Je ne trouve pas. Évidemment, je ne connais pas assez les différences entre ces peuples pour argumenter, mais rien n’interdit de penser que l’abondance du gibier, la présence d’une rivière ou une barrière montagneuse ai pu façonner des cultures plus ou moins rigides qui expliqueraient une résistance plus ou moins grande à l’innovation.

      "je ne crois pas que la non-récéptivité à la roue des Indiens d’Amérique du Nord, ait quelque chose à voir avec le Q.I."

      C’est un sujet complexe puisqu’on touche à l’intelligence collective et que le lien avec le QI individuel ou même le QI moyen est loin d’être clair. Il n’en reste pas moins que la révolution industrielle s’est passée en Europe et pas en Afrique ou le QI est plus faible (mais ou la nécessité de ce QI n’est pas aussi vitale). Mais comme je l’ai dit, la moyenne de QI est loin de pouvoir tout expliquer (l’écart type semble jouer un rôle aussi). Pour l’instant, de mon point de vue ce n’est pas un facteur qu’on peut éliminer dans la mesure ou le PIB est corrélé au QI moyen par pays.

      "C’est pour cela que j’ai écrit tout à la fin de mon propos "

      Cette partie m’avait échappé.


    • vote
      pegase pegase 10 juillet 14:28

      @Qaspard Delanuit
      Quand je dis que je m’adresse à l’individu et non à sa race, je veux justement dire que je m’adresse à l’être réel dans on entièreté (y compris corporelle et animale) et que je ne place pas entre lui et moi une représentation générale concernant sa race (pas plus que concernant sa catégorie sociale, sa profession, etc.)


      Allons allons, ne faite pas votre vierge effarouchée, avouez qu’une jolie black ou une jeune asiatique c’est quand même pas mal smiley


    • vote
      yoananda yoananda 10 juillet 14:42

      @pegase
      au moins on sait que ton anti-racisme à moins à voir avec l’avenir de la France que celui de ton caleçon !


    • 1 vote
      pegase pegase 10 juillet 14:43

      @cateaufoncel

      La « réceptivité à l’innovation » n’est pas une faculté générale en soi dont certains peuples seraient dotés et d’autres privés. C’est la capacité d’intégrer une technique ou un ensemble de techniques pour lesquelles rien n’indiquait une prédisposition quelconque.

      De mon point de vue, un des exemples géographiquement proches les plus spectaculaires est l’adaptation, dès le XVIIIe siècle, des rudes populations jurassiennes, paysans et forestiers, à la minutie et à la précision des métiers de l’horloger


      Il s’agissait seulement de combler les longues journées d’hiver dans le Haut Doubs, oui ils se sont adaptés, avaient ils le choix ? Pas vraiment .. l’industrie horlogère avait besoin de main d’œuvre, et dans le Haut Doubs il y en avait !

      Ce qui conditionne la capacité au travail est à mon sens le climat, le froid est propice à se creuser les méninges pour pouvoir manger pendant les longues périodes hivernales ... à contrario au Cameroun (c’est un exemple), il y a des fruits tout le temps, il n’y a qu’à les ramasser, et pas besoin de se creuser le ciboulot pour se protéger du froid et survivre à la période hivernale ...

      La Brévine = > -42.8° en 88 ... il faut se bouger le cul dans de pareilles circonstances, sinon ....  smiley 



    • vote
      pegase pegase 10 juillet 14:46

      @yoananda


      C’est sans doute une histoire d’hormones, à chacun ses hormones, si vous préférez celles de Jean Marie le Pen c’est votre problème !


    • 1 vote
      yoananda yoananda 10 juillet 14:48

      @pegase
      "Ce qui conditionne la capacité au travail est à mon sens le climat, le froid est propice à se creuser les méninges pour pouvoir manger pendant les longues périodes hivernales ... à contrario au Cameroun (c’est un exemple), il y a des fruits tout le temps, il n’y a qu’à les ramasser, et pas besoin de se creuser le ciboulot pour se protéger du froid et survivre à la période hivernale ..."

      Oui, tout à fait. Et répété sur des dizaines de milliers d’années, ça crée des population au QI moyen différent (entre autre, puisque la tendance à angoisser, sur le mécanisme de régulation thermique du corps, et d’autres sont aussi impactés).


    • vote
      yoananda yoananda 10 juillet 15:02

      @pegase
      "C’est sans doute une histoire d’hormones, à chacun ses hormones"

      Oui, la politique est (en partie du moins, difficile de faire la part des choses) un habillage de mécanismes sociobiologiques, souvent habillés de grands idéaux car plus vendeurs et/ou socialement acceptables.

      Disons que ce genre de découvertes fait partie de mon dé-niaisage smiley


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 10 juillet 15:57

      @yoananda
      "ici ? mais je ne peux pas ! A moins que l’interlocuteur en question ne le dise et que je lui fasse confiance."

      Vous pouvez donc avoir des échanges intellectuels avec des êtres humains indépendamment de toute considération raciale. 


    • vote
      yoananda yoananda 10 juillet 16:13

      @Qaspard Delanuit

      bien sûr.


    • 1 vote
      cateaufoncel cateaufoncel 10 juillet 19:06

      @pegase

      "Il s’agissait seulement de combler les longues journées d’hiver dans le Haut Doubs, oui ils se sont adaptés, avaient ils le choix ? Pas vraiment .. l’industrie horlogère avait besoin de main d’œuvre, et dans le Haut Doubs il y en avait !"

      Ca, c’est la version Plus simpliste, tu meurs. Tu devrais te documenter un peu sur l’établissage et Daniel Jeanrichard, parce que tout n’est pas légende dans son histoire.


    • vote
      cateaufoncel cateaufoncel 10 juillet 19:13

      @yoananda

      « Je suis contre les explications 100% culturelles (mais pas contre les explications culturelles qui complètent les explications biologiques/géographiques). »

      Moi aussi, ma vision des peuples est totalisante. Un peuple forme un tout et c’est ce tout qui est réceptif, ou non, à quelque chose. Pourquoi alors que l’Italie adopte le fascisme, et l’Allemagne, le national-socialisme, n’existe-t-il rien de semblable, fut-ce sous une forme groupusculaire, en France et en Angleterre ?

      La British Union of Fascists, d’Oswald Mosley, fondée en 1932, n’obtiendra jamais de résultats électoraux significatifs. Le Parti populaire français de Jacques Doriot, non plus.

      Je serais tenté de dire, mais c’est un constat pas une explication, que l’identité anglaise comme l’identité française sont réfractaires à ce type de projets politiques. La vérité, c’est que le fonctionnement d’un peuple est un processus plein de mystères.

      A ma connaissance, la France est le seul pays où, à la libération, on tond des femmes. Les Italiens pendent, par les pieds, leur dictateur, sa maitresse et quelques-uns de ses hiérarques, en Allemagne, je n’ai jamais entendu parler d’un seul cas de lynchage d’un chef local de la Gestapo ou d’un petit responsable régional du parti, par exemple.

      Ces différences de comportements ne se satisfont pas d’une explication banalement culturelle.

       «  J’ai bien dit que les inuits pourraient… »

      …et l’adoption simultanée du fusil-harpon et de la motoneige pouvait aussi leur permettre de multiplier leur PIB/hab par dix ou par vingt, en étendant les zones de chasse et en augmentant la précision du tir…

       « …des cultures plus ou moins rigides qui expliqueraient une résistance plus ou moins grande à l’innovation. »

      Pour ma part, je ne crois pas une résistance à l’innovation, qui induirait peut-être une sorte de refus du progrès -, mais à une non-perception de l’utilité. Les Indiens adoptent le fusil, mais pas la roue. Or, nous avons tous vu, dans des films, des colonnes d’Indiens emmenant avec eux, leurs vieux grabataires, leurs malades, leurs blessés, leurs enfants et des marchandises, sur des travois qui leur tiennent lieu de charrette. Il y a forcément, dans cette préférence, une raison autre que culturelle


      « Il n’en reste pas moins que la révolution industrielle s’est passée en Europe et pas en Afrique ou le QI est plus faible (mais ou la nécessité de ce QI n’est pas aussi vitale). »

      Mais la révolution industrielle ne pouvait pas se produire en Afrique. Et elle ne pouvait pas se produire ailleurs que dans une partie de l’Europe de l’Ouest. Parce que c’est dans cette partie-là de l’Europe de l’Ouest que les conditions se sont trouvées réunies pour le « démarrage » de la révolution industrielle.

      Or, la révolution industrielle, c’est l’aboutissement d’un processus de plusieurs siècles. Gregory Clark, professeur d’économie à l’Université de Californie à Davis, dans « Adieu l’aumône » (jamais traduit en français !), énumère les quatre causes qui expliquent la stagnation des pays sous-développés :

      1. une vie tournée vers le présent et l’incapacité à consentir des sacrifices immédiats pour un mieux-être ultérieur

      2 . une maîtrise très approximative du calcul, de la lecture et de l’écriture. Et une volonté insuffisante de développer ces compétences

      3. la résolution des conflits par la violence physique plutôt que par la négociation

      4. une quantité de travail insuffisante.

      Pour Clark, il s’agit là d’un stade que tous les pays ont connu, y compris l’Angleterre, où la marche vers la révolution industrielle commence au XIIIe siècle, quand « Être économe, prudent, travailleur et négocier sont devenus les valeurs de communautés qui auparavant étaient dépensières, impulsives, violentes et paresseuses.  »

      De ce fait, Clark ne croit pas à l’utilité des politiques de développement et il va plus loin en observant que les Africains n’ont pas d’autres vraies perspectives d’avenir que… l’émigration vers l’Europe. Ça promet…


    • vote
      Zatara Zatara 10 juillet 19:38

      @cateaufoncel

      A ma connaissance, la France est le seul pays où, à la libération, on tond des femmes.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Femmes_tondues#Les_tondues_de_la_Lib.C3.A9ration



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès